Guatemala

Antigua

Antigua a été fondée par les Espagnols en 1543, sous le nom de Santiago de los Caballeros de Guatemala, dans le but de devenir la troisième capitale du Royaume de Guatemala. Elle est reconnue, en se développant durant le Siècle d’or, comme la troisième plus belle ville des Indes espagnoles. Elle accueille un temps la troisième université du continent, la Universidad de San Carlos de Borromeo, fondée en 1676, dont les locaux accueillent aujourd’hui un musée et une salle pour concert classique.

Comme pour beaucoup de villes coloniales d’Amérique latine, le plan de la ville est hippodamien, constitué de rues qui se croisent à angle droit autour d’une place principale.

À de nombreuses reprises la ville est victime de séismes. C’est par cette violence de la nature, dévastant la cité espagnole d’Antigua et l’ensevelissant sous les ruines d’un tremblement de terre, que la cité perd son statut. Après le séisme de 1773, le gouvernement espagnol décide de déplacer la capitale dans un autre lieu. Elle conserve ainsi depuis son aspect de l’époque. En 1976, un nouveau séisme détruit aussi plusieurs églises.

La ville, qui est inscrite depuis 1979 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, est aujourd’hui à la fois un centre touristique et un lieu d’apprentissage de l’espagnol pour de nombreux étrangers en particulier d’Amérique du Nord.

La Semaine sainte est célébrée avec processions et tapis de fleurs, donc Pâques est le meilleur moment pour profiter du spectacle de la ville.

(Sources Wikipedia)

Comment se rendre à Antigua ?

Pour aller à Antigua de San Pedro, pas besoin de repasser par Panajachel, soit prendre directement un shuttle dans l’un des nombreux opérateurs de la ville, soit en mode plus roots, prendre le chicken bus jusqu’à Los Encuentros, ville où passe beaucoup de bus traversant le pays, pour changer et en prendre un jusqu’à Antigua. Mais pour le prix je ne pense pas que cela en vaille la peine.

J’ai pris mon billet dans une petite agence dans la rue en bas de l’appartement où j’étais. 60Qtz pour environ 3/4h de trajet sur une route correcte, voir parfois un peu encombrée.

Quoi faire à Antigua ?

Visite de la ville

Antigua est une ville à faire absolument. Si il y en a bien une à choisir au Guatemala, c’est celle ci, on comprend rapidement pourquoi elle est inscrite au registre de l’UNESCO. La ville est basse, très peu de bâtiments sur plusieurs étages, les rues sont toutes pavées (attention au chevilles), pas de pubs ou d’enseignes dans les rues, il faut être en face des bâtiments et de l’entrée pour savoir ce qu’il y a à l’intérieur, et beaucoup de ruines abandonnées ou réhabilitées, suite aux tremblements de terre.

Il faut au moins un à deux jours pour parcourir l’ensemble de la ville. Et ce que j’aime c’est que l’on découvre des nouvelles choses tous les jours à chaque passage. C’est pourquoi il ne faut jamais prendre les mêmes rues quand on se déplace, la ville ressemble à un gros quadrillage donc il est simple de s’y retrouver. Au pire vous passez prendre un plan à l’office du tourisme ou vous vous déplacez avec Maps.me.

Les principales grosses ruines sont visitables mais payantes, entre 20 et 40Qtz l’entrée. Je vous avouerais que j’ai évité ces bâtiments, en plus il suffit de s’approcher de la caisse pour en apercevoir la majorité. Mais s’il y en avait une à faire ça serait l’ancienne cathédrale. Énorme monument dont seule la Paroisse de San José a été rebâtie et qui donne sur la Plaza Mayor.

Cette place est immanquable et vous y passerez un un grand nombre de fois. C’est le cœur de la ville et le plus animé. Posez vous sur un banc en mangeant une glace pour profiter de l’ambiance. En fonction des heures de la journées, beaucoup de marchands ambulants passent dans les allées, mais à plusieurs reprises j’ai pu voir le service de police bloquer l’accès pour laisser le centre de la place tranquille. Attention aux pigeons, la place en est bondée, et parfois ils s’envolent tous, d’un coup sans comprendre pourquoi, vers les bâtiments voisins.

Pour le reste il existe un grand nombre de lieux que l’on peut visiter gratuitement et qui sont aussi intéressants. Les vieilles églises encore en activités, les vieux bâtiments réhabilités en restaurant, bibliothèque, ou hôtel. N’hésitez pas à jeter un œil dans chaque entrée, à avancer vers des grilles fermées, ou entrer dans les restaurants ou hôtels, on vous refusera rarement le coup d’œil contre un autre sur la carte.

 

La rue la plus touristique est celle où se trouve El Arco de Santa Catalina. Ce bâtiment ancien est le dernier vestige du 17eme siècle et le plus photographié dans la ville. La rue comporte plusieurs lieux intéressants comme des artisans dont on peut voir les ateliers, un énorme magasin à souvenirs pas chers, et au bout, la Iglesia de La Merced, une ancienne église restaurée, contenant une très grande fontaine.

Le marché

A l’ouest de la ville, près du central de bus, allez vous perdre dans les petites allées du marché local. Très dur de retrouver son chemin, c’est un vrai labyrinthe mais vous pouvez y trouver tout ce que vous voulez, que ce soit en alimentation, souvenirs ou vêtements.

Mirador del Cerro de la Cruz

Pour avoir une vue sur la ville, rendez vous sur le Mirador. Un petit chemin avec des escaliers sur le côté y mène rapidement et ce n’est pas très physique. Une chouette vue sur la ville surplombée par le volcan Agua juste en face, et de l’Acatenango et du Fuego sur le côté. Juste bien pour se poser un peu.

Promener vous aussi la nuit, les éclairages sont plutôt sympa, et la ville pas du tout hostile. Je suis rentré le soir, de nuit, après bars et restaurants en tout confiance.

Acatenango et El Fuego

A la nuit tombée, si le ciel est dégagé, levez les yeux pour regarder le Fuego explosé et faire jaillir sa lave au loin. Déjà impressionnant à cette distance, mais de plus près, c’est un spectacle extraordinaire.

C’est la randonnée la plus sollicitée par les aventuriers passant par Antigua, et bien sur je n’échappe pas à la règle. Je la désire depuis le début de mon voyage, et j’en fais un article spécifique.

Le Pacaya

Un peu moins connu et convoité, le Pacaya est un autre volcan en activité pas très loin de la ville. Étant dangereux de monter au sommet, la randonnée est beaucoup plus courte, facile et moins intéressante que l’Acatenango, lire cet article pour plus de détails.

Non loin sur ces flancs il est aussi possible de profiter de sources d’eaux chaudes et de bains thermales. Se renseigner auprès des agences pour cela.

Hobbitenango

Sous ce nom se cache un parc aménagé sous le thème du seigneur des anneaux avec des petites maisons de hobbit dans lesquelles on peut passer une ou plusieurs nuits. Même si j’adore le concept, les nuits sont un peu chères et si un jour je dois faire ce genre d’expériences, j’irai la vivre aux sources de mon film préféré, en Nouvelle Zélande.

Où dormir ?

Personnellement j’ai choisi l’hôtel Esthela pour son prix, c’est un des plus abordable dans la ville, 60Qtz la nuit dans des dortoirs tout a fait correcte. L’auberge possède en plus une petite cuisine et une belle terrasse de laquelle on peut voir le Fuego. Un peu venteuse la journée car au troisième étage et au dessus de la plupart des bâtiments de la ville. Par contre il n’y a pas d’animations et elle est très tranquille car loin de la rue. La gérante est accueillante et flexible quand j’ai du déplacer une nuit à cause de celle prise pour la randonnée à l’Acatenango.

Vous trouverez plus d’animations au Three Monkeys à coté ou au Camping Travel, où vous pouvez dormir dans une tente.

Si vous voulez dormir comme à l’époque coloniale, il y a l’hôtel Posada de Don Rodrigo, le jardin est sympa à visiter et les chambres ont du charme, les prix sont justes moins abordables.

Ou manger ?

La plupart de mes repas je les ai pris dans la cuisine de l’hôtel. Le mode économique du backpacker. Pour faire des courses, autres que ce que l’on peut trouver chez les petits marchands de rues, il y a un grand supermarché non loin du market, la Bodegona.

Comme restaurant très typique, local et pas cher, je vous conseille le Rincon Tipico. Situé à coté des lavoirs, ils servent un poulet cuit à la broche accompagné de pommes de terre et de salades vraiment excellents pour 30Qtz seulement.

La France et la Bretagne vous manquent, un français a lancé son restaurant de salades et crêpes chaudes, le Luna de miel. J’ai testé la salade caesar, bon ça reste quand même meilleur chez nous. La pyramide de bouteilles de Ricard peut vous donner envie d’un petit verre.

Pour manger et boire un verre les lieux originaux ne manquent pas. Entre le Vagamundo, le El Barrio, the Londoners, un grand nombre de bars où les locaux viennent le WE de Guatemala City pour faire la fête. Il est bon de noter qu’à partir de 23h, un grand nombre ferment leur porte et la musique. si ce n’est pas eux qui vous mettent gentiment dehors, cela peut être la police, qui ferme les établissements.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :