Guatemala

El Remate

Petite ville située dans la région du Peten entre Flores et Tikal, au bord du lac Peten Itza.

Comment se rendre à El Remate ?

Ce n’est pas une grande ville, donc seuls les minibus se rendant à Tikal à partir de Flores, ou des autres villes avoisinantes, passent par ici et peuvent s’y arrêter. Je n’ai pas du tout vu de camionetas y passer.

En venant de la frontière comme moi, les minibus ne font pas de détour et déposent sur la route principale.

Que faire à El Remate ?

La ville est concentrée autour de la route principale et au bord du lac. Pas grand chose à visiter, juste quelques petits commerces, restaurants et hôtels.

Il y a même un panneau d’informations touristiques sauf que le centre est toujours fermé. Donc cela ne sert à rien de s’y déplacer pour tenter d’obtenir des informations.

Il y a une petite banque et un distributeur au centre mais attention, comme beaucoup de distributeurs au Guatemala, ceux ci vous taxent quand vous retirez de l’argent.

Ne vous étonnez pas non plus à croiser poules, canards et cochons au milieu de la route, c’est très commun. Les élevages se font en pleine nature.

En même pas 1h le tour de la ville est fait, ça ne sera pas l’activité du coin.

Le Lac

Le plus intéressant se trouve au bord du lac, des petits pontons dont certains possèdent une petite paillote, pour se poser et aller piquer une tête dans le lac, parfois payant car appartenant à l’hôtel ou le restaurant en face. Mais bon on peut prendre une boisson et demander à y aller.

Personnellement je vous conseillerais d’aller vous y balader le soir au coucher du soleil, le lieu est très reposant, calme et surtout magnifique. Endroit idéal pour une petite méditation ou un verre bien mérité après une longue journée de marche à Tikal. Prendre son anti-moustique.

A ce qu’il parait il y a des crocodiles dans le lac. Vrai ou légende urbaine ? Cela ne m’a pas empêché de me baigner.

Tikal

Si j’ai chois ce lieu pour résider, c’est pour l’activité principale du coin, la visite de Tikal, un, voir, le plus gros site maya du Guatemala.

Voir l’article sur Tikal.

La route du Lac à Vélo

En regardant la carte, je me dis que faire les bords du lac en vélo doit être une promenade sympathique. Je demande à l’auberge s’il loue des vélos, il me propose gentiment de me prêter le leur en échange d’un Tips. J’accepte volontiers. Cependant après avoir fait quelques mètres avec, je me rend compte que la pédale n’est pas bien fixée et qu’au vu de la distance que je compte parcourir, j’ai peur qu’elle ne tienne pas. Je tente du coup de la réparer mais cela ne sert à rien.

Je laisse tomber l’idée et en profite pour aller changer de l’argent, car j’ai encore des euros non échangés, à l’auberge « Mon ami » qui se trouve un peu plus bas, tenu aussi par un français. Le taux de change est de 7,5Qtz pour 1€. Cela me dépanne pour pouvoir payer l’auberge. Après l’échange je demande s’il loue des vélos, il me répond que oui, et hop je reprends mon projet de la journée.

Comme pour celui au Belize, vélo sans vitesse, selle montée au max et rétro pédalage pour freiner. Et me voila parti pour Le San Pedro du lac. Au bout de 2 ou 3 km, fini la route bétonnée en bon état, on arrive vite sur un chemin en moins bon état et il commence à y avoir du dénivelé, mais cela reste faisable, et ce jusqu’à San Roman où la route redevient correcte.

Mais c’est à partir de là que ça se complique. On arrive sur du chemin de terre et de pierres en très mauvais état, et ça devient une vraie galère. Je me dis que c’est temporaire, San Pedro semble être une grande ville, mais non rien ne s’améliore, de plus en plus défoncée et vallonnée. La plupart des côtes, je les fais à pieds, c’est impossible sans vitesse. Je pense que j’ai plus marché sur cette partie que pédalé. Je ne me rends même pas compte que je suis arrivé à San Pedro, je pensais être dans une petite ville intermédiaire, mais non, j’y étais.

En fait le gros de la ville se trouve en hauteur … la flemme de monter. Je ne reste pas loin du centre récréatif où il y a un accès à l’eau et en profite pour me baigner et m’allonger un peu car il va falloir refaire le trajet inverse.

Trajet, qui en plus d’être aussi difficile, s’accompagne de quelques frayeurs avec l’apparition de chiens sur la route qui parfois me courent après en aboyant et que je manque d’écraser. Ils étaient où à l’aller ?

Distance totale: 36935 m
Altitude maximum: 197 m
Altitude minimum: 106 m
Total time: 05:20:35
Télécharger

Au final, je n’ai vraiment pas aimé cette balade, la route n’a pas grand intérêt car on aperçoit très peu le lagon, peu d’accès à l’eau pour se baigner, et une route peu agréable. J’ai plus galéré qu’autre chose. Si cela vous tente, allez jusqu’à San Roman mais n’allez pas plus loin. J’ai plus apprécié ma baignade dans le lac et mon mojito au coucher du soleil.

Cerro Biotope Cahui

Non loin du lac, il y a un sentier de randonnée dans une réserve protégée. Je crois que l’entrée est de 40Qtz. Cela peut faire l’objet d’un après midi à observer les oiseaux ou monter à un mirador sur la colline pour admirer le lac.

Les ruines de Yaxha

Un peu plus loin que Tikal, en direction de la frontière avec le Bélize, se trouvent d’autres ruines mayas un peu moins connues, surtout plus difficile d’accès car plus loin de la route principale. Je pense qu’on est obligé d’y aller en tour opérateur ou taxi privé.

L’avantage de ces ruines par rapport à Tikal c’est la présence d’un lagon à proximité qui rend le site agréable.

El Mirador

Encore moins connu que les autres, ce site maya a la particularité de se trouver en plein jungle. Pour y accéder c’est avec un guide et un trip de 6 jours de marche (aller-retour). Une bonne expérience pour les plus courageux.

Ou dormir ?

Petit paragraphe sur le lieux ou j’ai passé au final 5 jours au lieu de 3 prévus. L’auberge Alice Guest House, ouverte il y a 4 ans, est tenue par des français implantés ici depuis 10 ans . Des voyageurs qui sont tombés amoureux du lieu, et il y a de quoi. Situé dans la « jungle », dans un lieu protégé, vous vous levez avec le chant des coqs (quoiqu’ils chantent un peu tout le temps), oiseaux, singes et autres bestioles. Mais c’est surtout le calme et l’ambiance familiale qui règnent ici qui fait tout son charme. Les soirées au coin d’un feu de camp, une partie de pétanque, le bar pour l’Apéro et le restaurant avec de bons plats à la française. Tout ce qu’il faut pour avoir envie de rester. Au lieu des trois jours prévus, j’y suis resté 5 jours. Certains que j’ai croisé sont même là depuis presque 2 mois. Et d’autres donnent aussi un coup de main à la construction d’une autre auberge d’un autre français juste en dessous sur le thème de la médecine parallèle un peu chamanique, de plantes et autres remèdes ancestraux mexicains. Les dortoirs possèdent des lits deux places et confortables.

On peut aussi croiser d’autres bestioles moins accueillantes comme serpents, scorpions ou araignées. Ce qui est marrant d’ailleurs c’est de se balader la nuit venue avec une lampe torche ou frontale et de balayer le sol avec. Vous pourrez apercevoir de nombreux point lumineux sur le sol. Ce ne sont pas les gouttes d’eau, non, mais les yeux de petites araignées telles des yeux de chats qui réfléchissent la lumière. Et là vous vous rendez compte que vaut mieux pas marcher pieds nus dans l’herbe. Tous les soirs je me faisais ma petite balade.

Où manger ?

Tout est fait pour que vous restiez à l’auberge qui fait restaurant. Les plats sont très bons et il y des suggestions à la semaine.

Sinon un peu plus bas il y a l’auberge « Mon Ami » qui a une carte un peu différente avec des prix similaires.

Un peu plus loin sur la route il y a « Casa de Ernesto » mais je n’ai pas été voir la carte.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
%d blogueurs aiment cette page :