Corse 2019

WP GPX Maps Error: GPX file not found! /home/chmi4068/public_html/wp-content/uploads/gpx/AiguillesBavella.gpx

La Corse en 8 jours et en basse saison : Itinéraire

Pour visiter la Corse en 8 jours, et en voiture, il faudra faire un choix, soit le nord de l’ile, soit le sud. Ma copine et moi-même avons décidé de se focaliser sur le sud. On garde le nord pour plus tard.

Sur cette page, on vous propose un exemple d’itinéraire à suivre pour profiter des paysages en randonnées, des principales villes et lieux à visiter ainsi que des plages pour poser sa serviette !

La période de début Octobre est une bonne période pour découvrir l’ile car c’est le début de la basse saison, très peu de touristes, un temps idéal, des prix plus attractifs.

Jour 1 : Iles Sanguinaires, Ajaccio, Isollela et Plage d’Agent

Au vue des commentaires trouvés sur d’autres blogs, la ville d’Ajaccio ne semblait pas être une grosse priorité. Donc pour commencer, nous avons décidé de nous diriger vers la pointe ouest pour arpenter le sentier des douaniers et voir au loin les Iles Sanguinaires.

Iles Sanguinaires

Le chemin se fait en moins de 30 min de route. Se diriger vers le « Parking des Iles sanguinaires ». Il existe une route pour aller jusqu’à la « Brasserie Sanguinaire » qui se situe un peu plus loin mais je pense que le parking est réservé à la clientèle.

Le parking est payant, nous avons pris 3h (4€70) mais je pense que 2h pourrait suffire. En faisant la randonnée tranquillement, on a mis moins de 2h.

Mettre la rando GPX

Les deux endroits les plus intéressants sur ce parcours sont la première montée qui permet d’avoir une vue éloignée sur la tour Génoise de la Parata et bien sur la montée à la tour Génoise pour la vue sur les Iles Sanguinaires. Les chemins sont praticables et accessibles à tous. La montée à la tour demande un peu plus d’effort car les marches sont hautes.

Si vous avez le temps, au niveau du parking vous trouverez aussi le centre de tourisme qui vend les billets pour visiter en bateau les Iles Sanguinaires ainsi que le golfe de Girolata et Piana (Site Web).

Ajaccio

Nous sommes repartis sur Ajaccio pour visiter rapidement la vieille ville et déjeuner.

Se garer dans la ville ou aux parkings présents dans la ville. L’avantage de la ville est que les parcmètres proposent le système PayByPhone. Si vous ne connaissez pas, par une appli vous saisissez le numéro de la plaque de la voiture, le numéro sur le parcmètre et vous gérez le paiement par votre mobile. Pas besoin de revenir à la voiture en cas de dépassement de l’heure.

La ville propose pas mal de restaurants, des cartes proposant des fruits de mer au niveau du port et d’autres au niveau de la place Foch. Notre choix s’est tourné vers un simple sandwich que l’on a dégusté sur les rochers, les pieds dans l’eau derrière le mur de la jetée au niveau du port et de la vieille citadelle.

La vieille ville d’Ajaccio n’est pas extraordinaire, la rue passante (Rue Cardinal Fesch) ressemble à beaucoup d’autres avec son lot de magasins à souvenirs, de restaurants et autres boutiques. Cependant nous sommes tombés par hasard sur la vieille bibliothèque municipale, juste à côté du Musée Fesch. Elle vaut le coup d’œil car tout un ensemble de vieux livres en tout genre et d’anciennes lettres de la famille Bonaparte y sont exposées.

(Photo de la bibliotheque)

Il est plus intéressant de flâner dans les petites ruelles qui apportent un peu plus de charme, parmi lesquelles on peut trouver la maison de Bonaparte, qui est devenue un musée (7€ l’entrée) mais nous n’y sommes pas allés.

Au niveau la Place Foch, vous pouvez tomber sur le marché et vous pouvez aussi réserver une place dans le petit train pour un tour de la ville.

(Photo de la place)

La ville propose une plage plutôt jolie au niveau du boulevard Lantivy et au pied de la citadelle pour une pause baignade.

(Photo de la plage)

Nous n’avons pas exploré la ville plus que ça. Et sommes repartis vers Isollela.

Isolella

Après 30 min de route et un petit détour dans le centre de Porticcio, nous arrivons à Isolella. La presqu’ile propose plusieurs plages et une petite randonnée pour aller à la tour.

Plutôt que de s’arrêter au parking au bord de la plage, continuer la route pour arriver au pied du sentier qui mène à la tour et se garer sur un tout petit parking (Croisement entre l’allée des Dentis et l’allée des Dauphins). Possibilité de faire le tour ou de monter directement à la tour (Vue sur Ajaccio). L’aller-retour est très rapide, pas besoin de s’attarder trop dans le coin.

Plage d’Argent

Pour finir cette première longue journée, petite baignade avec couché de soleil sur une plage conseillée, la Plage d’Argent.

Sable fin, mer transparente et quelques vagues. Il est facile de se garer le long de la route. Il y a plusieurs entrées le long de la plage.

Camping Ras l’Bol

Pour se rapprocher le plus de Propriano, nous avons choisi de passer la nuit dans un camping sur le chemin, le Camping Ras l’Bol, le nom de celui nous a fait rire du coup on s’y est arrêté pour la nuit.

Les campings en cette saison sont vides. Il suffit d’un appel dans la journée pour prévenir de notre arrivé. On nous a laissé le bip du portail et on a choisi notre emplacement.

20€ pour deux personnes, une tente, la voiture et l’électricité. Le camping propose un frigo avec emplacement privé et payant. Le congélateur est accessible en libre-service. Toilettes propres et douche chaude. Il faut aimer les chats qui viennent miauler pour quémander un peu de nourriture.

Jour 2 : Campomoro et Propriano

Campomoro

Après une nuit un peu mouvementée, sous un bel orage et de beaux éclairs, en route pour la Punta di Campumoru (ou Campomoro) et ses sentiers de randonnée.

A Campomoro il n’est pas possible d’aller se garer au pied de la tour, c’est une résidence privée, un beau sens interdit nous indique qu’il faut faire demi-tour. Il faut donc se garer au petit parking avant la ville, à côté de l’Héliport, ou le long de la route, puis y aller à pied (Gratuit en cette période).

La ville n’a pas grand intérêt, un restaurant, un petit épicier où on ne trouve pas grand-chose pour déjeuner, et une grande plage. Prévoir de quoi pique-niquer avant d’arriver sur place si vous compter randonner la journée.

[Mettre la rando GPX]

Deux possibilités s’offre à vous pour effectuer les randonnées, soit partir vers le sud et aller au point de départ indiqué par Google Map., on se retrouve alors face à une grille, il faut alors emprunter le petit passage sur la gauche. Soit comme nous, partir directement vers la tour à travers la propriété.

Je pense que ce dernier choix est préférable car une fois arrivé au pied du chemin qui mène à la tour, un plan vous indiquera les différents choix de randonnées possible.

[Photo du plan]

Ce plan est le point de départ des différents sentiers.

Le plus petit sentier est la boucle de Punta Bianca. Ce sentier fait le tour de la pointe et permet de revenir au plan. Il est possible de prendre un chemin qui mène directement à la tour pour la visiter au tarif de 2€50 l’entrée. Vous pourrez constater sur notre tracée que nous nous sommes trompés de chemin et au lieu de terminer la boucle nous avons pris le chemin qui remonte à la tour. Les indications ne sont pas tout le temps très claires le long des chemins.

Les autres sentiers sont :

  • La boucle des Pozzi
  • La boucle de Canuseddu
  • La boucle de Manna Mulina

Les temps affichés sur le plan me semblent approximatif. Je rajouterai un peu plus pour la base de la randonnée et beaucoup plus avec les pauses photos et le pique-nique.

Notre choix s’est porté sur la boucle de Canuseddu qui est d’une durée moyenne pour ce qu’on voulait faire. Environ 3h de randonnée en partant du parking. Les bords de mer sont juste splendides. Par contre ne pensez pas vous baigner dans ce coin, beaucoup de vague et trop de rochers pour accéder à la mer.

Par contre si avez le temps, il existe une petite plage juste avant de tourner à gauche pour quitter le rivage ou de continuer tout droit pour la boucle de Manna Mulina.

Après la rando, nous n’avons pas pu résister à aller se rafraichir les jambes et piquer une tête sur la belle plage derrière le parking plutôt que d’aller à celle de Propriano.

Propriano

Petit arrêt à Propriano histoire de voir la ville. Le parking à côté de la vieille église est gratuit.

Petite balade sur la Marina et sur la plage du Lido pour aller voir le phare. Beaucoup de vent, froid, beaucoup de vague. On n’y restera pas longtemps et on ne regrette pas d’avoir profité de la plage à Campomoro.

Sainte-Lucie-de-Tallano

Nuit dans un charmant appartement dans une toute petite ville à 15 min de Sartène. Une très belle vue sur les montagnes avoisinantes et au calme. Notre hôte nous sera des très bons conseils pour visiter la ville et alentours.

Jour 3 : Sartène et Plage de Roccapina

Sartène

Levé tôt pour aller visiter Sartène et surtout pour rendre l’appart à 9h.

Sur les conseils de Jules, notre hôte, nous prenons un détour pour aller voir le plus vieux Pont Génois de Corse qui date du 13eme Siècle, le Spina Cavaddu.

A Sartène, le plus simple est de se garer rue Felicien Marchi, pas beaucoup de place libre, mais gratuit et pas loin du centre. Le parking du casino est sous surveillance, il semblerait que l’agent de sécurité ne laisse pas les touristes s’y garer si vous n’allez pas faire vos courses.

A l’office du tourisme on vous remettra un petit plan de la ville avec le chemin de procession de Pâques très connu dans cette ville.

La visite commence par la petite église sur la rue au-dessus, en suivant le chemin de procession.

[Photo de l’eglise]

Se diriger ensuite vers le musée en haut de la ville pour admirer le point de vue d’un belvédère. Des vues équivalentes, et même mieux, sans les toitures sont faisables dans la rue Felicien Marchi aussi.

Redescendre vers la place du four à pain, pour se diriger vers l’église, la place centrale et la vieille ville. Dans l’église on peut lire l’histoire de cette fameuse procession annuelle. Passer ensuite sous le porche de l’hôtel de ville pour errer dans les ruelles de la vieilles villes, petits marchands et restaurants y font leurs affaires.

Le tour se fait en 1h, 2h maxi en flânant lentement.

Sur la route du départ, on peut s’arrêter à côté d’une place pour avoir un autre point de vue sur la ville et visiter une autre église par la même occasion.

La plage de Roccapina et son Rocher du Lion.

L’accès à cette plage se fait par une route en terre au niveau de l’Auberge Coralli. C’est une route de sable, de terre et de pierres saillantes. Notre voiture étant basse nous ne nous sommes pas risqués à s’y engouffrer et sommes donc descendus à pied. La partie la plus endommagée se trouve sur les premiers 500m de descente. Après c’est plutôt plat et peu de cailloux. Donc avec un SUV ou une voiture un peu surélevée cela passe tranquille. Des parkings se situent plus bas, pas loin de la plage.

Le chemin descend sur 3km à peu près. A un moment donné le chemin se sépare en 2, un pour accéder à la partie gauche de la plage, l’autre à la partie droite. C’est sur cette dernière qu’un chemin monte vers le Rocher du Lion et vers la tour. Il commence sur la droite, derrière l’arbre juste avant de rentrer sur la plage et se sépare en trois parties. Deux chemins vers la gauche et un sur la droite.

Surtout ne pas aller à droite comme sur le tracé GPS mais à gauche. Vous arriverez sur un chemin très rocailleux, glissant et pentu et vous arriverez directement à la tour. La vue est juste magnifique en haut. Endroit parfait pour pique-niquer et se poser avant la descente. Il est possible d’aller au Rocher du Lion (qui pour ma part ressemble plus à une tortue) mais nous ne nous y sommes pas aventuré.

La descente est tout aussi difficile. Arriver en bas, profiter de la magnifique plage avant d’entreprendre la remontée au parking.

La Caravane de Sébastien

Sur AirBnb, on s’est trouvé une Caravane à louer à 20km de Bonifacio. Très spacieuse et confortable, commerces proches. Pour aller visiter Bonifacio c’était nickel.

Jour 4 : Iles Lavezzi

La visite des iles Lavezzi est un incontournable lorsque vous êtes dans le coin de Bonifacio. Uniquement accessible par bateau, l’archipel est le point extrême sud de la France Métropolitaine. On peut même voir les côtes de la Sardaigne.

L’ile principale propose un ensemble de sentiers à parcourir et plusieurs petites plages toutes différentes pour une journée farniente au soleil.

Pour y accéder le plus intéressant reste les Navettes SPMB. La société propose 2 circuits, celui pour les iles est au tarif de 37€ par adulte. 30 min l’aller et 1h le retour avec visite des grottes alentours.

L’avantage est que cette société met à disposition deux parking gratuits P1 et P2 pour les personnes partant en excursions avec leur bateau. Le ticket peut être pris directement au parking. Attention en basse saison, les horaires sont différents. Le premier départ était à 10h30 pour nous et le dernier retour à 16h30.

[Mettre rando GPX]

Ci-dessus je propose un exemple d’itinéraire qui suit les principaux sentiers et permet de visiter la plupart des criques. On a pu ainsi choisir notre plage finale et même changer à cause du vent.

On peut notamment y voir un vieux phare (inaccessible pour le moment pour sauvegarde de la faune), 2 cimetières établis suite au naufrage de 1855, et une petite bergerie. Le reste c’est plusieurs petites plages et criques pour se baigner et profiter du soleil, rien d’autre à faire sur cette ile.

Le tour de l’ile se fait en 2h environ, voir un peu plus avec tous les arrêts photos.

Liste des plages :

  • Plage de la Cala Sderenaia : C’est la crique possédant le ponton où vous allez débarquer.

 

  • Plage de la Cala Di Chiorneri : Petite plage proche du cimetière. D’autres bateau y font débarquer des personnes par le biais d’un zodiac.

 

  • Plage de la Cala Di U Lioni : Une des plus grandes et belles plages de l’ile.

 

  • Plage de la Cala Giunco (Plage d’Achiarina) : Plage principale et la plus grande. Dans cette crique viennent s’amarrer voiliers et autres bateaux privés. Dommage pour la vue.

 

  • Plage de la Cala di Chiesa : Plage au nord au pied d’un gros rocher.

 

  • Autres plages et Criques :

 

A penser :

  • Pas de poubelles, penser à prendre la vôtre.
  • Pas de commerces, venez avec votre pique-nique et de l’eau pour la journée.
  • Pas d’ombres, crème solaire obligatoire et un parasol est conseillé, mais attention au vent.
  • Pas de toilettes, faire ses gros besoins avant de partir.
  • Mer transparente avec une faune variée, prendre masque et tuba pour le snorkeling. Ou alors il suffit de remuer un peu de sable pour activer les poissons autour de vos pieds. J’ai pu voir aussi des petites méduses proches du bord donc faire attention.

Le retour se fait du même point que l’arrivée. Un départ toutes les heures à partir de 12h30. Le retour met un peu plus de temps car on fait le tour des iles avoisinantes et des points particuliers sur la cote dont la grotte du dragon où le bateau se faufile à l’intérieur pour voir le trou au plafond de la forme de la Corse.

A l’arrivée vous pouvez terminer la journée par un chocolat chaud, glace ou autre récompense gastronomique dans une des nombreuses brasseries au bord du port, ou vous pouvez vous diriger vers le bout du fort pour admirer le coucher de soleil.

Jour 5 : Bonifacio, Santa Giulia

Pour visiter Bonifacio on peut s’y prendre de bonne heure. Il y a deux parties, la ville basse comprenant des parkings, le port, des magasins et des restaurants, et la ville haute située dans les remparts.

Les Parkings

Pour visiter la ville basse, il faut se garer au P1 ou P2, parkings payants. Pas vraiment le choix car pas d’autres places de parking en libre services. Pour les locaux ils ont leur propre parking.

Possibilité de se garer gratuitement dans les parkings aux abords de la ville (Les Vallis ou Monte Leone). L’été il y a des navettes pour revenir en ville, hors saison, il n’y en a plus.

La ville basse se fait rapidement et n’a pas grand intérêt historique, on peut rejoindre la ville haute par une voie piétonne plutôt pentue et rentrer par la porte génoise.

On peut aussi aller directement se garer au P3 ou P5, même tarifs que les P1 et P2 mais on est directement en haut. Le P5 donne directement sur la pointe et la jetée. Pour le coucher de soleil c’est LE spot de Bonifacio.

La Vieille Ville

La ville se visite en déambulant dans les petites rues et en visitant les points principaux.

L’Escalier d’Aragon : pour un prix de 2€50, on peut les descendre et faire un bout de chemin sur la falaise. Je vous conseille de commencer par ces escaliers, ça chauffe les cuisses.

Pour 1€ de plus, le billet permet de visiter par la suite le bastion de l’entrée. L’intérieur est plutôt sympa et des panneaux raconte l’histoire de la ville. On a aussi une belle vue sur la ville du bas. Donc autant le prendre.

Au niveau de la jetée, il y a aussi l’escalier qui mène au « gouvernail » mais son ouverture n’est pas toujours régulière. Fermé quand on est passé.

L’église du centre est plutôt jolie. On apprendra que les jointures aux bâtiment adjacent ont été créé pour récolter les eaux de pluie.

On peut aussi voir les bâtiments où ont séjourné Charles Quint et Bonaparte.

A la fin, il est possible de prendre le chemin en face de la porte génoise pour se balader sur les falaises et admirer le bastion et les remparts de l’extérieur.

Santa Giulia

Pour finir la journée, nous avons pris la direction de Porto Vecchio avec un arrêt mérité sur la plage de Santa Giulia. Plage très connue et un grand parking existe pour y accéder. Très belle plage aussi mais un peu déçu car beaucoup de vent et faut passer un mur d’algue pour se baigner.

Port de Port Vecchio

Fin de journée par une balade sur les bords du port de Porto Vecchio situé en bas de la vieille ville. Attention aux horaires pour les places de parking.

Camping Arutoli

Ce camping se trouve à l’entrée de la ville et proche de commerces pour un prix de 20€ la nuit. Il possède une piscine mais pas le temps de la tester. Ils aiment bien les chats dans ce camping aussi.

Jour 6 : Porto Vecchio, La Piscia di Gallu

Porto Vecchio

Le plus intéressant est de se promener dans la vieille ville à l’intérieur des remparts. Un parking payant se trouve à l’entrée de la ville. Il est vite plein donc il vaut mieux arriver tôt. La ville n’est pas grande et il n’y a pas beaucoup de points d’intérêts, d’ailleurs les points proposés sur le plan à la sortie du parking ne sont pas vraiment visibles quand on se balade à l’intérieur.

La visite se fait assez rapidement. Nous sommes tombés un jour de marché (dimanche) donc on a profité pour acheter quelques produits locaux. Et sur un jour de mariage, donc l’église fut animée (et non visitable du coup) et les cloches ont sonné longuement.

Plage de Palombaggia

La plage de Palombaggia est aussi une des plages à faire, je l’ai trouvé d’ailleurs plus agréable et plus belle que celle de Santa Giulia. Eau très claire, sable fin avec un peu d’épine de pin à certains endroits.

Par contre attention, pas de parking si vous arrivez par la route qui mène au milieu de la plage, il faut se garer sur le bord de route. Deux parkings existent aux extrémités, un au niveau de Tamaricciu et un autre de l’autre côté.

Piscia di Gallu (ou Piscia di Ghjaddu)

Fini les plages, prendre direction Zonza pour monter vers la montagne et pour la randonnée du jour, la piscia di gallu, traduction, la pisse du coq.

Sur le chemin, n’hésitez pas à vous arrêter au barrage de l’Ospedale et au point de vue tout en haut de la ville. Dans la ville une source d’eau fraiche et potable permet de remplir bouteille ou gourde avant la randonnée.

Cette randonnée est très connue et fréquentée. Les parkings officiels sont à quelques km après la ville, ils sont payant en haute saison, mais gratuit en basse. Possibilité de se garer le long de la route en amont et de rejoindre la randonnée par d’autres chemins si vous avez une carte, genre celle de l’application « Maps.me ».

Le chemin officiel part de derrière le restaurant. La randonnée est très accessible et facile sur la première partie. De bonnes chaussures de marche sont à conseiller quand même car il y a des rochers sur le chemin. La majorité se fait sous les pins sur un chemin peu pentu.

Arrivée au point de vue en haut de la cascade, c’est là que commence la difficulté. Le chemin devient très pentu et escarpé. Une corde métallique permet l’aide à la descente et la remonté. Un panneau indique la fin de la randonnée « officielle », après c’est sous votre propre responsabilité, le chemin devient très difficile d’accès. Nous ne sommes pas descendus plus bas pour arriver au bas de la cascade car bien sûr il faut remonter et faire le chemin inverse.

Zonza – Camping Bavella Vista

Nouvelle nuit en camping au Bavella Vista. Situé aussi en pleine forêt à 5 min de Zonza, si vous avez le temps il existe un chemin pour aller jusqu’à une rivière pour s’y baigner. Ici pas de chats, mais des ânes, et un prix raisonnable de 20€ tout compris.

Pour manger, Zonza dispose de quelques restaurants dont l’Aiglon, qui propose des plats typiques avec des prix et un menu autour des 20, 25€ et une mousse au chocolat à la menthe, hmmmmm. On conseille.

Jour 7 : Plateau du Cuscionu, Chez Pierrot

Plateau du Cuscionu

Pour atteindre le plateau, il faut emprunter une petite route qui part de Quenza mais très mal entretenue car il y a des cailloux et des trous un peu partout. La route est à peu près accessible jusqu’à la maison refuge de Chez Pierrot. Après il vaut mieux avoir une voiture haute et de bonnes suspensions. Nous avons croisés des gens sur place qui nous y ont emmenés. Le temps étant très venteux et pluvieux, nous n’y sommes pas restés longtemps.

En haut, un panneau indique les différents sentiers et chemins de randonnées. En temps normal, on peut y observer cochons et chevaux sauvages.

On passera le début de cette journée pluvieuse au chaud au coin du feu chez Pierrot.

Possibilité d’emprunter le chemin de randonnée Mare a Mare Sud qui descend à la rivière. L’aller retour prend environ 2h. La descente est simple, la monté plus fatigante et on peut aussi croisé des cochons le long du chemin.

Chez Pierrot

Ce refuge, très connu du centre de la Corse, propose le gite aux randonneurs de passage et aux personnes désirant passer un moment authentique et convivial au sein du massif corse. Il est tenu par Pierrot, un vieil homme de 85 ans maintenant, qui élève ses chevaux, ses cochons et qui propose sa charcuterie fait maison et ses légumes du potager en cuisine. Il dispose de 3 dortoirs (48€) et de plusieurs chambres d’hôtes privées (115€). Le prix comprends la nuit, le diner et le petit déjeuner.

Si vous le souhaitez il est aussi possible de réserver une balade à cheval.

Nous y avons passer un très bon moment avec les gens présent à ce moment là. Au menu du soir, une soupe corse suivi d’un gigot de sanglier et des patates au four.

Réservation et détails sur son site.

Jour 8 : Aiguilles de Bavella

Randonnée touristique très connue et empruntée de ce coté de la Corse.

Se garer sur les parkings situés au pied du Col de Bavella. Comme ailleurs, le parking est payant en haute saison et gratuit en basse. Même en basse saison, il y avait peu de places disponibles.

Le départ se situe au pied de Notre-Dame-des-Neiges sur la gauche. On emprunte le parcours du GR20 (marque rouge et blanche) sur une centaine de mètres avant de trouver la marque jaune qui indique le départ de la grimpette.

On monte ainsi en 2h30 (3h30 avec une pause repas) jusqu’au Panneau de la Bocca Pargulu à 1662m. Arrivé à cette étape deux choix s’offrent à vous :

  • soit continuer à suivre les marques jaunes. On commence à descendre dans la vallée puis on rejoins le GR20. On fait ainsi la boucle complète. La partie du GR20 est vraiment très longue et un peu ennuyeuse mais moins de dénivelés et moins difficile.

  • soit redescendre par le même chemin. Plus rapide mais beaucoup plus de dénivelés.

Télécharger

Camping Les Eucalyptus

Nuit au camping des Eucalyptus situé à Solenzara. L’avantage est qu’il est situé au bord de la mer, on sort de la tente, on prend sa serviette et hop les pieds dans l’eau. Orienté plein est, donc idéal pour admirer le lever de soleil. Une petite brasserie est situé juste à côté aussi ce qui évite de prendre la voiture pour aller manger en ville. L’inconvénient est que la camping est situé au bord de la départementale donc plutôt bruyant avec le passage des voitures.

Jour 9 : Retour

On profite une dernière fois de la plage avant de prendre la route du retour. Le GPS annonce 2h30. La route est sinueuse mais en bon état sur des grosses départementales.

Bilan

  • Voiture : La circulation hors saison est tout à fait appréciable. Les axes principaux sont en bon état et peu empruntés. Ce sont des routes souvent limités à 80 mais on dépasse rarement les 50 et on passe rarement la 4 ème, ça reste très sinueux. Le GPS style Waze donne des temps corrects. Niveau voiture, la mini c’est petit et maniable mais quand il faut emprunter des chemins de terre ou hors axes principaux elle ne convient plus. donc j’opterai pour une voiture plus haute. Prendre aussi une 4 portes pour accéder plus facilement aux affaires derrière.

  • Logement : Le mix camping et AirBnb est agréable. En hors saison, très peu de monde donc on peut réserver le jour même pour le soir. Et dans ce cas, les prix baissent sur AirBnb

  • Balades : La corse offre un large panel de randonnées et balades, plus ou moins difficiles, en montagne ou bord de mer, pour contenter tout le monde.

  • Plages : Les plages se ressemblent beaucoup, eau claire, plage de sable blanc et pins mais elles restent toujours magnifiques et conviennent bien après une dure randonnée.

  • Nourriture : Entre charcuterie et plats typiques, on en a pour tous les gouts. On est resté assez soft et économique sur la nourriture. Pique nique pour les randonnées et le camping. Seulement 2 ou 3 restaurants.

%d blogueurs aiment cette page :